Victime du Covid-19, Jean-Jacques Gressier avait été admis il y a quelques jours à l’hôpital Henri-Mondor, à Créteil.

 

Disponibilité, compétence, simplicité et gentillesse, dévouement et sympathie, mais surtout tristesse. Ce sont les mots que les uns et les autres diffusent sur les réseaux sociaux à l'annonce du décès de Jean-Jacques Gressier, 1er maire adjoint au maire de Joinville-le-Pont, survenu ce samedi soir. Il y a quelques jours, l'élu avait été admis à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil, souffrant des conséquences du virus Covid-19. Il avait 74 ans.

« J'ai perdu un ami, je suis triste, profondément », déclare Olivier Dosne, maire LR de Joinville qui l'avait à ses côtés depuis 2018, comme 1er adjoint chargé de l'urbanisme. « Mais je l'ai toujours connu au service de la ville et bien avant moi, poursuit le maire. Il était fidèle et travailleur. C'est une immense perte, pour moi, pour la ville. Il était heureux de repartir dans cette campagne municipale, souhaitant ne faire qu'un demi-mandat tout en formant un nouvel arrivant. Au sein de la mairie, il était notre aîné, il nous accompagnait et nous conseillait tous. Je lui dois tellement… »

« C'est une victime d'un scandale d'Etat »

 

Sérieux, ne manquant aucune réunion, mais aussi enjoué, Jean-Jacques Gressier était un bon vivant « Il aimait la bonne table et la convivialité », confirme le maire qui, par-delà sa peine ne cache pas une certaine colère. « Il a peut-être attrapé ce virus durant le 1er tour des municipales. Il en était ressorti avec une sorte de mauvaise grippe. Pour moi, c'est une victime d'un scandale d'Etat ».

Source : Le Parisien 

Retour aux actualités