Parc du Jardin de l'ile de Nanterre – crédits APUR

Le Plan Climat Air Energie Métropolitain (PCAEM)

Depuis sa création le 1er janvier 2016, la Métropole du Grand Paris a engagé un important travail dans le champ de ses compétences. Elle s’est affirmée comme un acteur clé, incitateur et facilitateur, auprès des acteurs du territoire métropolitain, pour les 131 communes et leurs 12 territoires.

La MGP a porté un engagement fort en faveur d’une métropole innovante, solidaire, durable et résiliente soucieuse du quotidien de ses habitants et dont l’ambition est de faire converger une vision stratégique au service mise en œuvre opérationnelle.
Marquée par une diversité de situations urbaines, de paysages, de patrimoines et d’acteurs, le territoire de la MGP est le support d’une dynamique d’importants projets tournés vers l’avenir.

Les 4 projets majeurs de la Métropole du Grand Paris

  • Le réseau de transport en commun Grand Paris Express (GPE).
  • Le Schéma de Cohérence Territorial Métropolitain (SCOT).
  • Le Plan Métropolitain de l’Habitat et de l’Hébergement (PMHH).
  • Le plan Climat Air Energie Metropolitain (PCAEM).

Le plan Climat Air Energie Metropolitain (PCAEM), lancé mai 2016

La protection et la mise en valeur du cadre de vie est l’une des cinq compétences obligatoires de la Métropole du Grand Paris. La volonté de construire une métropole durable, capable d’orienter et de soutenir les actions de lutte contre le changement climatique sur le territoire métropolitain, constitue un des piliers de la construction de la MGP.

La MGP, par ses dimensions (7 M d’habitants, 131 communes), a vocation à organiser la transition écologique sur son territoire, autour du PCAEM, document stratégique qui définira un plan d’actions sur une durée de six ans. L’objectif est de faire converger l’action des communes et des territoires en matière de climat, d’air et d’énergie et de créer des synergies entre les acteurs dans ce domaine.

Il dresse un état des lieux complet du territoire métropolitain en matière environnementale (mobilités, agriculture, qualité de l’air, aléas climatiques…) et permettra ainsi d’orienter la stratégie du PCAEM, qui doit être adoptée avant le 31 décembre 2017.

Son approbation déclenchera alors les compétences opérationnelles en matière de lutte contre la pollution de l’air, de lutte contre les nuisances sonores et de soutien aux actions de maîtrise de la demande d’énergie.

Le PCAET de l’EPT, qui doit être adopté avant le 31 décembre 2018, devra être compatible avec les objectifs du PCAEM.